poeme discrimination frederic Vimes ecole Kaladvaita

Nous étions début avril. J’avais décidé d’optimiser ce bout de vie enfermé en suivant toutes les formations en ligne que je n’avais pas eu le temps de faire jusqu’ici, soit deux formations par jours à suivre. Relation à l’argent, confiance en soi, dépression, infopreneuriat…je voulais avoir des outils variés pour accompagner au mieux mes coachés. J’en avais 5, aux profils très différents et je voulais à tout prix les aider de mon mieux, en me formant en parallèle.

Le lendemain du message de mon amie, il faisait très beau. Mes fenêtres étaient grandes ouvertes, j’avais mis du vernis et retrouvé le plaisir de marcher pieds nus. J’entendais pour la première fois le bruit du sapin qui craquait, à quelques mètres de chez moi. J’en avais oublié le développement de la Nature dans le brouhaha du quotidien.

Une partie de moi avait l’impression que le temps était en pause. L’autre profitait des avantages de ce ralentissement en regardant les oiseaux, en écoutant les arbres…Je vacillais entre « tout va bien » et mon envie de liberté.

En sortant mes affaires de peinture, j’ai repensé au message de mon amie m’invitant à appeler son enseignant. Elle m’a également envoyé une vidéo de lui, se présentant, qui m’a fait découvrir un mélange détonnant. Je voyais un enseignant de yoga et de méditation, je ressentais sa sérénité et sa joie de vivre et j’entendais « force spéciale, police, garde du corps, recueil philosophique »…

10 vies en 1…aucune ne semblait en lien avec moi. J’ai pourtant tapé 10 chiffres sur mon téléphone pour appeler un parfait inconnu.

J’aime faire les choses avec une bonne raison en général mais là j’ai suivi ce que j’appelle désormais la voix du cœur. Je n’avais pas d’         attente mais j’étais curieuse.

La conversation qui a suivi était particulière pour moi à l’époque. Je lui ai dit que je cherchais mon chemin.

« Il n’y en a pas, nous sommes là où nous devons être… » m’a-t ’il répondu.

Echange contradictoire avec mes années de développement personnel, c’était une porte d’entrée vers une nouvelle compréhension de la vie.

Nous avons abordé la dualité, l’impermanence, la causalité…des concepts qui m’étaient inconnus jusqu’alors.

Aujourd’hui, les quelques notes écrites à la « va vite » sur une feuille à l’époque me font sourire lorsque je tombe dessus. Ma perception a évolué depuis et « Se révéler », qui est souligné, n’a plus la même signification ni la même vibration qu’autrefois.

J’avais une compréhension mentale mais je ne l’avais pas expérimenté comme beaucoup d’autre chose.

Lorsqu’il m’a parlé d’un parcours introspectif sur les mécanismes de l’esprit, pour sortir de ses souffrances, se nettoyer afin d’être neutre vibratoirement en coaching…je ne comprenais pas vraiment de quoi il s’agissait, j’étais même sceptique sur le résultat.

Pourtant, une partie de moi s’est manifestée pour dire « oui ».

Je ne savais pas où je mettais les pieds.

Je ne savais pas que cela allait changer ma vie à ce point.

Je ne savais pas que j’arriverai à lâcher autant de peurs en si peu de temps.

Je ne savais pas que je m’engageais sur une voie où il n’y a ni début ni fin.

Cet homme s’appelle Frédéric Vimes. Il est devenu mon enseignant, mon ami, l’un de mes associés et désormais un membre de ma famille.

« Je suis là où je dois être et c’est parfait comme cela ».

Et vous ?

Pin It on Pinterest