poeme discrimination frederic Vimes ecole Kaladvaita

Il n’y a pas de hasard dans la vie. Quelques jours après mon engagement pour faire ce parcours introspectif  Esprit-Coeur, je vais suivre ma première conférence sur Zoom. Je n’en ai pas manqué une depuis car c’est devenu un rendez-vous hebdomadaire prioritaire pour moi. Mais ce premier zoom m’a marqué par son sujet : l’impermanence…

Pour commencer, il a fallu m’expliquer ce mot qui est en fait un tryptique : un début, le maintien et une fin…

La mort était donc au cœur de ce premier rendez-vous.

Outre le Covid, les soucis de santé de ma mère depuis plusieurs mois avaient fait ressurgir cette peur de la « fin » en moi.

Voilà un plongeon dans le grand bassin de l’introspection permettant de mettre en lumière tout ce que je j’avais planqué sous les meubles pour apprendre à accueillir et faire un grand nettoyage.

En parallèle de cette découverte, j’ai recommencé à sortir pour profiter de mon heure quotidienne d’oxygénation. J’avais besoin de faire plus de 3 pas à la suite et de changer de point de vue.

Le premier jour, j’avais l’œil sur la montre par peur de déroger aux règles. Je sentais la peur chez certaines personnes, du moins c’est l’impression que j’en ai eu. Depuis, j’ai compris que c’était peut-être ma vision de la réalité que j’avais transposé aux autres.

Marcher m’a donné le sourire. C’est l’avantage de ce confinement. Du jour au lendemain, les possibilités de se déplacer ont été drastiquement limités. Je retrouvais donc une impression de liberté.

J’ai pu prendre conscience que la joie pouvait se manifester avec des moments très simples.

J’ai reçu mon premier module avec l’introduction à cette première partie (le parcours en a 3) et là, quelques semaines après la fin de ma formation de coach, je me retrouvais entourée de notion totalement inconnue.

Il a fallu plusieurs lectures pour répondre aux questions, sans certitudes quant à mes compréhensions. L’ancienne première de la classe n’a donc pas apprécié, voilà un autre conditionnement qui se manifestait.

C’est sur ce flou que j’ai suivi la 2eme conférence sur la dualité. Là encore, je ne savais pas du tout de quoi il s’agissait. « Moi et les autres », voilà un nouveau point d’observation à expérimenter dans la vie.

Prise de conscience : je cherchais à l’extérieur le bonheur tout en étant actuellement enfermée chez moi pour une durée indéterminée.

Le conditionnement est prolongé tous les 15 jours. Je ne sais pas si le gouvernement ne sait vraiment pas ce qui va se passer ou s’il préfère multiplier les petits échéanciers pour ne pas risquer une rébellion.

Mais là encore, l’important était de laisser cela de côté pour étudier, pratiquer et me révéler.

En attendant, j’ai pu avoir ma première correction de module (chaque module comprend des questions sur la compréhension de celui-ci et des questions introspectives et chaque semaine, elles sont corrigées par son référent pour plus de clarté).

Elle a entrainé beaucoup de questions sur les mécanismes mais également sur ce que je faisais en tant que coach. J’avais peu d’expérience dans ce domaine contrairement à Frédéric qui faisait cela depuis des années et je sentais que mes nouveaux enseignements allaient changer beaucoup de choses.

En réalité, cela a tout changé mais au début je m’accrochais désespérément à ce que je pensais connaitre, comprendre….Aujourd’hui, je sais que je ne sais rien, tout est donc à découvrir.

Pour commencer, j’allais m’initier à la méditation et devoir faire face à ce que je cherchais inconsciemment à camoufler : l’agitation de mon esprit.

Mais cela est une autre histoire, ou plus précisément le prochain chapitre.

De chaque complications ressort du positif, en avez-vous conscience ?

Pin It on Pinterest