Quelle épreuve dois-je encore surmonter ?

Quelle peur enfouie dois-je encore braver ?

Pourquoi ne suis-je pas en paix ?

En accueillant tout simplement la réalité.

Comment calmer cet esprit agité ?

Qui ne peut s’empêcher de se projeter,

L’impermanence est pourtant vérité,

Je me cache dans mon labyrinthe même si je le sais.

Je vois le mal partout, sur mes gardes, effrayé,

Et si au coin de la rue je me faisais agresser ?

Et si dans les escaliers je venais à tomber ?

Et si en traversant une voiture vient me renverser ?

Et si, et si, et si, je créais mon insécurité ?

Car la malveillance a toujours existé,

Jamais la maladie, la vieillesse, la mort, vont nous épargner

Plutôt que de lutter, vivez en toute tranquillité.

Et si, et si, et si toutes mes peurs je peux abandonner

Alors adieu l’insécurité

Et vive la préciosité

De mon existence conditionnée.