Pourquoi s’obstiner à rester ligoté,

A des concepts pour se limiter,

Dans une impuissance même pas révélée

C’est horrible de s’enliser.

Se sentir contracté, de plus en plus diminué

Comme dans un bocal complètement embué

Persévérer dans l’inutilité

Ou est la joie, si l’on ne peut respirer ?

Faire semblant de vivre un rôle inachevé,

Pourquoi s’accrocher à cet objet tant convoité ?

A cause du passé ? de la projection ? de rêves inadaptés ?

Souffrir devient alors le principal mot-clé.

Au lieu de cela, fermez les yeux et vivez,

Accouchez de vos peurs qui vous ont malmenées,

Pour une fois hurlez que vous en avez assez,

Soyez le vent, la pluie, le soleil et vibrez,

Lâchez la prise et soyez votre courant,

N’hésitez pas à prendre votre élan,

Car la vie défile, vous n’avez plus le temps,

Ne réfléchissez pas, nous sommes impermanents.