L’Ego est cette entité qui se manifeste à travers les pensées qui me traversent et auxquelles je m’identifie lorsque je n’ai pas conscience que je ne suis pas mes pensées.

L’Ego est ce « Moi », ce « Je », dans toutes nos phrases lorsque nous jugeons et nous considérons uniques car l’Ego se croit différent de tout ce qui l’entoure, que ce soit les personnes, les plantes, les animaux, l’Univers tout entier. Il est conditionné par nos sens mais également par l’éducation, l’héritage transgénérationnel, les us et coutumes de la société dans laquelle chacun vit, les valeurs et croyances dans lesquelles chacun a baigné depuis l’enfance.

L’Ego représente tous les schémas de pensées qui nous habitent, nous traversent, nous hantent en permanence dans notre quotidien, consciemment et la plupart du temps inconsciemment. Ces pensées sont générées car l’Ego, se croyant unique, est en opposition au monde, en dualité totale. Il nourrit alors des besoins, qui engendrent des peurs et de fait des souffrances, qui ne sont qu’illusions.

L’Ego est contrôle. Il manigance, il élabore des stratégies, rationalise, toujours à travers ses conditionnements. L’Ego est temporalité. Il fige, cristallise les instants, nous ramène vers le passé et nous projette vers des futurs fictifs. Il nie l’instant présent.

L’Ego se manifeste dans le sentiment d’identité, le « Je », le « Moi ». « Je suis un homme, Je suis une femme, Je suis angoissée, Je suis heureuse, c’est Mon corps, Ma maison, …. ». L’Ego s’identifie, s’attache aux situations et évènements vécus depuis la naissance et se crée des couches d’empreintes, de croyances, de blessures qui finissent par le définir. Dès lors que l’on vit enfermé dans l’Ego, ignorant de ses mécanismes, on subit la vie, on ne la vit pas. On juge, on a peur, on est heureux, on vit alors dans une tempête émotionnelle en permanence. Car dès que l’Ego est satisfait, il fera ressentir à la personne une émotion positive et à l’inverse, s’il se sent menacé, cela engendrera une émotion négative, peur, colère, tristesse, jalousie et donc souffrance.

A l’origine des émotions, il y aurait donc l’Ego. Et dès lors qu’une émotion surgit en nous, il s’agit d’une contraction de l’ Ego, qu’il est nécessaire d’observer pour accepter et lâcher prise. Développer une intelligence émotionnelle, une paix intérieure serait donc une des clés pour lâcher l’Ego. L’Ego va à l’encontre de la  vibration du coeur. Vibration qui n’à ni forme, ni couleur, ni nom. Elle est. Transformation perpétuelle, dynamique insaisissable, on ne peut s’y attacher, elle se vit tout simplement.

Sortir de l’Ego, c’est apprendre le non-attachement à l’Ego, aux illusions, aux peurs, qui ne sont qu’une seule et même entité. C’est embrasser la non-dualité et se connecter au plan subtil de l’existence. C’est lâcher-prise et accepter de vivre à son côté, en lui accordant sa juste place. Car l’Ego ne se supprime pas, on vit avec, on le côtoie, car il reste nécessaire à notre survie.

Caroline Schwartz

Pin It on Pinterest

Share This