Qui suis-je fondamentalement ?  Qu’est-ce que je perçois autour de moi ? Ne suis-je pas limité par les organes de mes sens ? Ces mêmes sens qui me permettent de ressentir. Un ego qui me permet de porter un jugement sur ce ressenti. Le « j’aime ou je n’aime pas » est généré par la pensée dans un univers émotionnel très fort. Cela éloigne de la réalité des phénomènes qui est bien différente de l’opinion que je m’en fais. C’est cela l’illusion.

La simple action de donner de l’importance à ses pensées, le simple fait de se sentir différent des autres humains voir de concevoir cette espèce humaine comme supérieure, donner de la suprématie à son être, ne pas reconnaître le principe de causalité de l’énergie de la conscience, tout cela est Maya, l’illusion.

Ne pas reconnaître l’équanimité, principe d’égalité en toutes choses, vivre dans une discrimination erronée, c’est aussi cela l’illusion. Ne pas faire preuve de sagesse et d’humilité face à la totalité, c’est aussi cela l’illusion d’un ego trop puissant qui ne peut reconnaitre sa vulnérabilité et son impermanence. L’ego, c’est comme vivre seul au milieu de nulle part, toujours insatisfait et en quête de bonheur. C’est aussi cela l’illusion.

L’illusion est une source impure de souffrances qui prend sa racine dans l’ignorance car mon ego est trop occupé à nourrir mes pulsions, passant ainsi à côté d’une existence épanouie, harmonieuse, dans l’accueil de ma mort et dans la préciosité de mon existence, toujours joyeuse et bienveillante.

« L’égo est la cristallisation de l’idée de stabilité et de fixité, qui n’existent pas, parce que tout s’écoule sans cesse. Vous êtes changement constant, changement seulement…

Mais qui suis-je ? 

Simplement un courant qui passe, une forme parmi une infinité de formes.
Une forme qui suit son parcours, celui de l’existence. »

Svami Prajnampad

 

Dans ce dédale d’introspection,

Au milieu de déserts d’illusions,

Mirage de l’ego et de la persuasion

Où suis-je, qui suis-je, complète désorientation

Telle une ancre pour un navire en perdition,

Attachée aux souvenirs et aux projections,

Que signifie toutes ces questions

Vulnérable proie dans l’impermanence de la raison.

Soumission car incompréhension,

Jusqu’à la totale libération,

Qui offre une pléiade de vibrations

De joie, d’amour et d’acceptation.

Que nous apprend l’école de la nation,

A compter, à lire sans rémission,

A cela n’oubliez pas le pardon,

Le chant du cœur à l’unisson