Porte de l’univers et de la vacuité,

L’espace du vide et de la non-pensée

Dans une assise imperturbable et motivée

Le regard tourné vers l’intériorité.

Le reflet de la vérité dévoilé,

La totalité est indifférenciée

C’est le miracle de l’équanimité,

La quintessence de l’état réalisé.

Tout disparaît, plus rien n’est manifesté

Les sens se sont évaporés

L’identité est un nuage de fumée

Un spectre aux facettes démantelées.

Je ne suis plus, je n’existe pas, le miroir est cassé

Aucune image d’un Moi qui voulait régner

Béatitude dans cet espace de non-dualité

Enfin un endroit où la paix est installé.