Beauté méconnue, pour une vie inconnue

Devant toi je ne suis qu’un incongru

Qui se préoccupe du sens de sa retenue

Au milieu de tout, absolument nu

 Dans ton ignorance, je suis cette insouciance

Dans ta connaissance, je suis cette conscience

La joie d’une renaissance,

Je peux me déposer sans aucune méfiance

Mort, tu es l’indispensable à la vie

Tu transformes, tu métamorphoses, tu souris

Tu es le but d’une existence indéfinie

Afin de permettre une évolution infinie

Je te célèbre, tu es le moteur de l’existence

Tu es non duelle, sans aucun sens

Un pur principe d’égalité, quelle pertinence

Du fond du cœur, merci pour ta patience.