Esprit vagabond, en pleine errance,

Qui ne cesse de se donner de l’importance,

D’ériger des murs de résistance,

Quelle bêtise de donner autant d’importance.

A une illusion que l’on nomme souffrance,

Qui apparait dans le champ de l’ignorance,

Agrippée depuis la plus tendre enfance,

Telle une verrue peinte dans la transparence.

Mais où te caches-tu en réalité ?

Quelle forme as-tu sans te défiler,

Montre-toi, tel que tu es,

Si toutefois tu existais.

Ce n’est que moi, l’idiot qui te créé

Je n’ai que ça à faire de mes tristes journées

Tu es l’amour de ma vie, je suis attaché

Je t’ai offert mon nom, mon sexe et ma destiné

Pin It on Pinterest

Share This