Questionnement quotidien d’un espace à combler,

Remplir ce vide effrayant à travers les peurs manifestées

Se goinfrer d’une ignorance qui ne veut pas succomber

Manger des mots, des pensées, des denrées qui ne seront jamais digérées

La pulsion du plaisir dans cette assiette bien préparée,

L’empreinte de la souffrance dans ce fastfood vérolé,

La noyade assurée dans ce verre alcoolisé,

L’explosion dans l’abondance ingérée.

Quelle est cette nourriture qui vient tout dégrader

Le corps, l’esprit, la planète et les nouveaux nés,

Où est la conscience de la préciosité

De l’existence qui nous est donnée ?

Ouvrez les yeux de votre cœur enfermé

Par la projection d’une mort assurée,

Pensez aux autres et à la totalité,

Et à tout ce que vous allez laisser.